Aéroclub des IPSA

Les qualifications

La réglementation *)

Dans le FCL1, une qualification représente une aptitude obtenue après une formation et un examen conformes à la réglementation. Elle est portée sur la licence du pilote par l'examinateur ou l'autorité habilitée. Elle a toujours une validité limitée dans le temps.

Qualifications de classe et de type

Le FCL1 et l'instruction du 29 juin 2000 (publiée le 15 août 2000) distinguent :

Les qualifications de classe

Elles concernent les motoplaneurs TMG et les avions monopilotes, pour lesquels il n'est pas exigé de qualification de type.

Les classes d'appareils terrestres sont donc :

  • les monomoteurs à piston (SEP),
  • les monomoteurs à turbine (SET),
  • les multimoteurs à piston (MEP),
  • les motoplaneurs (TMG).

Pour mémoire, même si le FCL1 ne traite pas des hydravions, il définit trois classes dans cette catégorie.

Les qualifications de classe monomoteur (SEP, SET, TMG), et donc monopilote, sont valables deux ans. La classe multimoteur à piston (MEP) est valable un an.

Les qualifications de type

Ce sont tous les avions précisés dans une liste publiée dans l'instruction du 29 juin 2000 et que l'administration doit tenir à jour.

Les qualifications de type concernent :

  • tous les avions multipilotes,
  • tous les avions à turboréacteurs,
  • tous les multimoteurs à turbines,
  • tout type d'avion pour lequel cela est considéré comme nécessaire (ex. : Piper "Malibu" PA46).

Toutes les qualifications de type sont valables un an.

La qualification de vol aux instruments - IR

Elle permet à son titulaire de piloter en régime IFR conformément à la réglementation opérationnelle. Elle est la même pour un privé ou un professionnel. Le FCL1 distingue les domaines de validité suivants :

  • qualification IR monomoteur,
  • qualification IR multimoteur valable sur avions multimoteurs et monomoteurs,
  • qualification IR monopilote pouvant être prorogée en condition monopilote ou multipilote,
  • qualification IR multipilote qui doit être prorogée en conditions multipilotes.

La formation approuvée n'est délivrée que dans des organismes de type FTO. Il faut démontrer sa capacité à utiliser la langue anglaise, sinon la qualification est limitée à l'espace aérien français, ou aux pays qui l'accepteraient avec la seule langue française. La qualification IR est valable un an.

En pratique

Dans l'état actuel des textes, seules les qualifications sont reportées sur la licence par les examinateurs ou l'administration. Rappelons que ce sont ces qualifications que l'on proroge ou renouvelle.

Qualifications de classe et de type

Bien que la mention sur la licence de la classe ou du type concerné couvre tous les avions de cette classe ou de ce type, une formation aux différences doit souvent être faite avec un instructeur pour utiliser une variante particulière. C'est alors cet instructeur lui-même qui atteste sur le carnet de vol que cette formation complémentaire a été réalisée de façon satisfaisante. Ainsi, par exemple, l'instruction du 29 juin 2000 précise que les titulaires de la qualification SEP doivent suivre un tel complément de formation pour l'utilisation :

  • d'une hélice à pas variable,
  • d'un train escamotable,
  • d'un train classique (avec roulette de queue),
  • d'un moteur turbocompressé/suralimenté,
  • d'une cabine pressurisée,
  • d'un multimoteur à propulsion axiale (push-pull).

Pratiquement, dans ces cas, la nécessité d'une formation subsiste bien, mais il n'y a plus de contrôle formel avec un examinateur différent de l'instructeur.
Attention, les formations en vue de la délivrance des qualifications de classe avions monomoteurs, ou de classe TMG, peuvent être dispensées par un FI ou un CRI (dans un aéro-club déclaré par exemple). Mais, toutes les autres formations (qualification de classe multimoteur ou qualifications de type) doivent être dispensées dans le cadre d'un organisme de formation FTO ou TRTO.

La qualification de vol aux instruments - IR

Pour la formation et la délivrance, il n'y a plus aucune différence entre les qualifications IR (ancien IFR) privées et professionnelles. En revanche apparaissent clairement les notions d'IR monopilotes et multipilotes en plus des notions d'IR monomoteur et multimoteur. Si la formation initiale doit être faite dans un organisme FTO, les opérations de prorogation et de renouvellement peuvent se faire dans le cadre d'un aéro-club avec un examinateur IRE au choix du pilote. On verra dans une fiche pratique ultérieure qu'un problème existe au niveau de la prorogation qui est plus lourde sur monomoteur que sur multimoteur. Ce problème, reconnu par l'administration, pénalise les privés qui font surtout de l'I FR monomoteur... sauf lorsque les examinateurs IFR appliquent la réglementation avec intelligence et bon sens. A suivre...

*) reproduction du texte paru dans le magazine INFO-PILOTE, N° 539 de février 2001